Aujourd'hui‎ > ‎

Evangile et Saint du jour






mardi 22 août


Livre des Juges 6,11-24a. 

En ces jours-là, l’ange du Seigneur vint s’asseoir sous le térébinthe d’Ofra, qui appartenait à Joas, de la famille d’Abiézer. Gédéon, son fils, battait le blé dans le pressoir, pour le soustraire au pillage des Madianites. 

L’ange du Seigneur lui apparut et lui dit : « Le Seigneur est avec toi, vaillant guerrier ! » 

Gédéon lui répondit : « Pardon, mon Seigneur ! Si le Seigneur est avec nous, pourquoi tout ceci nous est-il arrivé ? Que sont devenus tous ces prodiges que nous ont racontés nos pères ? Ils nous disaient : “Est-ce que le Seigneur ne nous a pas fait monter d’Égypte ?” Mais aujourd’hui le Seigneur nous a abandonnés, en nous livrant au pouvoir de Madiane… » 

Alors le Seigneur regarda Gédéon et lui dit : « Avec la force qui est en toi, va sauver Israël du pouvoir de Madiane. N’est-ce pas moi qui t’envoie ? » 

Gédéon reprit : « Pardon, mon Seigneur ! Comment sauverais-je Israël ? Mon clan est le plus faible dans la tribu de Manassé, et moi je suis le plus petit dans la maison de mon père ! » 

Le Seigneur lui répondit : « Je serai avec toi, et tu battras les Madianites comme s’ils n’étaient qu’un seul homme. » 

Gédéon lui dit : « Si j’ai trouvé grâce à tes yeux, donne-moi un signe que c’est bien toi qui me parles. 

Ne t’éloigne pas d’ici avant que je revienne vers toi. Je vais chercher mon offrande et je la placerai devant toi. » Le Seigneur répondit : « Je resterai jusqu’à ton retour. » 

Gédéon s’en alla, il prépara un chevreau, et avec une mesure de farine il fit des pains sans levain. Il mit la viande dans une corbeille, et le jus dans un pot, puis il apporta tout cela sous le térébinthe et le lui présenta. 

L’ange de Dieu lui dit : « Prends la viande et les pains sans levain, pose-les sur ce rocher et répands le jus. » Gédéon obéit. 

Alors l’ange du Seigneur étendit le bâton qu’il tenait à la main, et il toucha la viande et les pains sans levain. Le feu jaillit de la roche, consuma la viande et les pains sans levain, et l’ange du Seigneur disparut. 

Alors Gédéon comprit que c’était l’ange du Seigneur, et il dit : « Malheur à moi, Seigneur mon Dieu ! Pourquoi donc ai-je vu l’ange du Seigneur face à face ? » 

Le Seigneur lui répondit : « Que la paix soit avec toi ! Sois sans crainte ; tu ne mourras pas. » 

À cet endroit, Gédéon bâtit un autel au Seigneur sous le vocable de Seigneur-de-la-paix. 


Psaume 85(84),9.11-12.13-14. 

J'écoute : que dira le Seigneur Dieu ? 

Ce qu'il dit, c'est la paix 

pour son peuple et ses fidèles ; 

qu'ils ne reviennent jamais à leur folie ! 


Amour et vérité se rencontrent, 

justice et paix s'embrassent ; 

la vérité germera de la terre 

et du ciel se penchera la justice. 


Le Seigneur donnera ses bienfaits, 

et notre terre donnera son fruit. 

La justice marchera devant lui, 

et ses pas traceront le chemin. 




Évangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu 19,23-30. 

En ce temps-là, Jésus dit à ses disciples : « Amen, je vous le dis : un riche entrera difficilement dans le royaume des Cieux. 

Je vous le répète : il est plus facile à un chameau de passer par un trou d’aiguille qu’à un riche d’entrer dans le royaume des Cieux. » 

Entendant ces paroles, les disciples furent profondément déconcertés, et ils disaient : « Qui donc peut être sauvé ? » 

Jésus posa sur eux son regard et dit : « Pour les hommes, c’est impossible, mais pour Dieu tout est possible. » 

Alors Pierre prit la parole et dit à Jésus : « Voici que nous avons tout quitté pour te suivre : quelle sera donc notre part ? » 

Jésus leur déclara : « Amen, je vous le dis : lors du renouvellement du monde, lorsque le Fils de l’homme siégera sur son trône de gloire, vous qui m’avez suivi, vous siégerez vous aussi sur douze trônes pour juger les douze tribus d’Israël. 

Et celui qui aura quitté, à cause de mon nom, des maisons, des frères, des sœurs, un père, une mère, des enfants, ou une terre, recevra le centuple, et il aura en héritage la vie éternelle.

Beaucoup de premiers seront derniers, beaucoup de derniers seront premiers. »




Commentaire du jour 

Saint Grégoire le Grand (v. 540-604), pape et docteur de l'Église 

Homélies sur l’Évangile, n°5 ; PL 76, 1093

« Voilà que nous avons tout quitté pour te suivre »


         Vous avez entendu, mes frères, que Pierre et André ont abandonné leurs filets pour suivre le Rédempteur au premier appel de sa voix (Mt 4,20)... 


      Peut-être que quelqu'un se dira tout bas : « Qu'est-ce que ces deux pêcheurs ont abandonné pour obéir à l'appel du Seigneur, eux qui n'avaient presque rien ? » Mais en cette matière, nous devons considérer les dispositions du cœur plutôt que la fortune. Ils ont beaucoup quitté, puisqu'ils n'ont rien gardé. Ils ont beaucoup quitté puisqu'ils ont tout abandonné, même si c'était peu de chose. Nous, au contraire, l'amour nous attache à ce que nous avons et le désir nous fait courir après ce que nous n'avons pas. Oui, Pierre et André ont beaucoup quitté, puisque l'un et l'autre, ils ont abandonné jusqu'au désir de posséder. Ils ont beaucoup abandonné, puisqu'en même temps que leurs biens, ils ont aussi renoncé à tout désir de posséder.




Le Saint du jour:


Saint Symphorien

3ème siècle


Originaire d’Autun, il appartenait à l’une des rares familles chrétiennes de la ville. Arrêté, il fut condamné à mort pour sacrilège et désobéissance. Il est vrai qu’il ne respectait pas Cybèle, la déesse des moissons, et que même, il s’en moquait ouvertement. Allant au martyre, il entendit sa mère, montée sur les remparts, lui dire, en gaulois, pour affermir sa foi : "Tu vas naître, car tu as en toi le Dieu vivant."




Sous-pages (1) : Archives de la semaine