Aujourd'hui‎ > ‎

Evangile et Saint du jour






dimanche 25 juin


Livre de Jérémie 20,10-13. 

Moi, Jérémie, j’entends les calomnies de la foule : « Dénoncez-le ! Allons le dénoncer, celui-là, l’Épouvante-de-tous-côtés. » Tous mes amis guettent mes faux pas, ils disent : « Peut-être se laissera-t-il séduire… Nous réussirons, et nous prendrons sur lui notre revanche ! » 

Mais le Seigneur est avec moi, tel un guerrier redoutable : mes persécuteurs trébucheront, ils ne réussiront pas. Leur défaite les couvrira de honte, d’une confusion éternelle, inoubliable. 

Seigneur de l’univers, toi qui scrutes l’homme juste, toi qui vois les reins et les cœurs, fais-moi voir la revanche que tu leur infligeras, car c’est à toi que j’ai remis ma cause. 

Chantez le Seigneur, louez le Seigneur : il a délivré le malheureux de la main des méchants. 


Psaume 69(68),8-10.14.17.33-35. 

C'est pour toi que j'endure l'insulte, 

que la honte me couvre le visage : 

je suis un étranger pour mes frères, 

un inconnu pour les fils de ma mère. 

L'amour de ta maison m'a perdu ; 

on t'insulte, et l'insulte retombe sur moi. 


Et moi, je te prie, Seigneur : 

c'est l'heure de ta grâce ; 

dans ton grand amour, Dieu, réponds-moi, 

par ta vérité sauve-moi. 

Réponds-moi, Seigneur, 

car il est bon, ton amour ; 

dans ta grande tendresse, regarde-moi. 


Les pauvres l'ont vu, ils sont en fête : 

« Vie et joie, à vous qui cherchez Dieu ! » 

Car le Seigneur écoute les humbles, 

il n'oublie pas les siens emprisonnés. 

Que le ciel et la terre le célèbrent, les mers et tout leur peuplement ! 



Lettre de saint Paul Apôtre aux Romains 5,12-15. 

Frères, nous savons que par un seul homme, le péché est entré dans le monde, et que par le péché est venue la mort ; et ainsi, la mort est passée en tous les hommes, étant donné que tous ont péché. 

Avant la loi de Moïse, le péché était déjà dans le monde, mais le péché ne peut être imputé à personne tant qu’il n’y a pas de loi. 

Pourtant, depuis Adam jusqu’à Moïse, la mort a établi son règne, même sur ceux qui n’avaient pas péché par une transgression semblable à celle d’Adam. Or, Adam préfigure celui qui devait venir. 

Mais il n'en va pas du don gratuit comme de la faute. En effet, si la mort a frappé la multitude par la faute d’un seul, combien plus la grâce de Dieu s’est-elle répandue en abondance sur la multitude, cette grâce qui est donnée en un seul homme, Jésus Christ. 


Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu 10,26-33. 

En ce temps-là, Jésus disait à ses Apôtres : « Ne craignez pas les hommes ; rien n’est voilé qui ne sera dévoilé, rien n’est caché qui ne sera connu. 

Ce que je vous dis dans les ténèbres, dites-le en pleine lumière ; ce que vous entendez au creux de l’oreille, proclamez-le sur les toits. 

Ne craignez pas ceux qui tuent le corps sans pouvoir tuer l’âme ; craignez plutôt celui qui peut faire périr dans la géhenne l’âme aussi bien que le corps. 

Deux moineaux ne sont-ils pas vendus pour un sou ? Or, pas un seul ne tombe à terre sans que votre Père le veuille. 

Quant à vous, même les cheveux de votre tête sont tous comptés. 

Soyez donc sans crainte : vous valez bien plus qu’une multitude de moineaux. 

Quiconque se déclarera pour moi devant les hommes, moi aussi je me déclarerai pour lui devant mon Père qui est aux cieux. 

Mais celui qui me reniera devant les hommes, moi aussi je le renierai devant mon Père qui est aux cieux. »



Commentaire du jour 

Saint Grégoire Palamas (1296-1359), moine, évêque et théologien 

Sermon pour le Dimanche de tous les saints ; PG 151, 322-323 (trad. Orval rev.)

« Tout ce qui est voilé sera dévoilé »


      Du haut du ciel, Dieu offre à tous les hommes les richesses de sa grâce. Il est lui-même la source de salut et de lumière d'où s'écoulent éternellement la miséricorde et la bonté. Mais tous les hommes ne mettent pas à profit sa force et sa grâce pour l'exercice parfait de la vertu et la réalisation de ses merveilles ; seuls le font ceux qui ont mis leurs résolutions en pratique et qui ont prouvé par des actes leur attachement à Dieu, ceux qui se sont complètement détournés du mal, qui adhèrent fermement aux commandements de Dieu et qui fixent le regard de leur esprit sur le Christ, Soleil de justice (Ml 3,20). 


      Du haut du ciel, le Christ offre à ceux qui combattent le secours de son bras, et il les exhorte par ces paroles de l'Évangile : « Quiconque se sera déclaré pour moi devant les hommes, à mon tour je me déclarerai pour lui devant mon Père qui est dans les cieux ». En tant que serviteur de Dieu, chacun d'entre les saints se déclare pour le Christ en cette vie passagère et devant des hommes mortels ; il le fait en un court laps de temps et en présence d'un petit nombre d'hommes. Tandis que notre Seigneur Jésus Christ... se déclarera pour nous dans le monde de l'éternité, devant Dieu son Père, entouré des anges et des archanges et de toutes les puissances du ciel, en présence de tous les hommes, depuis Adam jusqu'à la fin des siècles. Car tous ressusciteront et se tiendront devant le tribunal du Christ. Alors, en présence de tous et à la vue de tous, il fera connaître, il glorifiera et il couronnera ceux qui lui ont prouvé leur foi jusqu'à la fin.



Le Saint du jour:


Saint Guillaume de Verceil

Fondateur de la Congrégation des Ermites († 1142)


Ancienne et fameuse ville de Lombardie, Verceil servit de berceau à saint Guillaume. Illustres par la noblesse de leur sang, son père et sa mère étaient encore plus respectables par la sainteté de leur vie. Guillaume perdit ses parents dès son enfance et vécut sous la conduite d’un de ses parents qui prit grand soin de son éducation.


A quinze ans, le pieux adolescent résolut de mener une vie pénitente et entreprit le pèlerinage de St-Jacques de Compostelle, en Galice, comme on nommait alors l’Espagne. Il voyageait les pieds nus, revêtu d’un simple habit de pèlerin. Durant ce long voyage, Guillaume souffrit la faim, la soif, avec toutes sortes d’incommodités. Son amour de la mortification lui inspira cependant de faire confectionner deux cercles de fer qu’il appliqua sur sa chair nue.


Dieu révéla au jeune pénitent qu’Il l’appelait à la vie solitaire dans laquelle il pratiquerait la vertu avec plus de perfection. Obéissant à cette céleste inspiration, Guillaume de Verceil quitta son pays afin de trouver moins d’obstacle à son projet. Il se retira au royaume de Naples, sur une montagne déserte où il pratiqua des abstinences et des austérités presque incroyables.


Saint Guillaume ne jouit pas longtemps de cette douce solitude, car une foule de personnes attirées par sa réputation de sainteté et le désir de recevoir ses instructions, se mirent à le visiter fréquemment. Plusieurs prêtres séculiers ravis de ses entretiens spirituels le supplièrent de les admettre au nombre de ses disciples. En l’an 1119, sous le pontificat de Calixte II, saint Guillaume de Verceil commença donc l’établissement de la Congrégation, dite du Mont-Vierge.


Animés par les ardentes exhortations de leur saint fondateur, les nouveaux religieux embrassèrent la pratique de la vertu avec une ferveur indescriptible. Vivant dans une parfaite concorde, ils avançaient à grands pas dans le chemin de la perfection, lorsque le démon excita en eux un esprit de murmure contre saint Guillaume, à cause de l’austérité des Règles qu’il leur prescrivait.


Comme l’esprit de critique et de rébellion animait de plus en plus ses religieux, le Saint jugea que sa présence leur devenait plutôt désavantageuse qu’utile et décida de se retirer. Après avoir quitté le Mont-Vierge, saint Guillaume fonda plusieurs monastères tant d’hommes que de femmes, en divers endroits du royaume de Naples. Ainsi, la sourde persécution fomentée contre le saint fondateur, servit à étendre davantage le nouvel Ordre qu’il avait institué.


Le but de son institut consistait principalement et avant tout, dans l’exercice d’une vie pénitente et mortifiée. C’est pourquoi il interdit à ses enfants spirituels l’usage du vin, de la viande et de toutes sortes de laitage. Il ordonna aussi que ses religieux mangeraient des herbes crues avec un peu de pain pendant trois jours de la semaine.


Roger Ier, roi de Naples, désirait vivement s’entretenir avec saint Guillaume de Verceil ; il le fit donc venir à sa cour. Sa conversation tout angélique l’édifia tellement qu’il ordonna de bâtir un couvent de son Ordre à Salerne, juste en face de son palais, afin de pouvoir jouir plus souvent de ses célestes entretiens et de ses sages avis. Saint Guillaume profita de son influence pour porter le roi à la pratique de la vertu et lui rappeler ses importants devoirs. Il exhortait les grands seigneurs de la même façon, tâchant de leur inspirer l’horreur du péché et l’amour de la piété.


Comme la dévotion trouve des ennemis partout, quelques courtisans persuadèrent le roi Roger d’éprouver la vertu du Saint, qui n’était selon eux, que pure hypocrisie. On chargea une courtisane de le solliciter au mal et de le faire tomber dans le péché. Saint Guillaume feignit d’abord d’acquiescer à ses honteuses propositions et la pria de revenir vers le soir. La courtisane se félicitait de sa réussite, mais lorsqu’elle retourna chez le Saint, elle resta fort perplexe en le voyant se coucher sur un lit de charbons ardents tout en l’invitant à faire de même.


Ce prodige bouleversa tellement cette misérable femme, que fondant en larmes, elle demanda pardon au serviteur de Dieu en se prosternant jusqu’à terre. D’infâme pécheresse, elle devint abbesse d’un couvent de religieuses fondée par saint Guillaume, à Venosa. Elle est connue sous le nom de la bienheureuse Agnès de Venosa.


Saint Guillaume de Verceil apprit par révélation qu’il irait bientôt recevoir la récompense de ses travaux. Il en avertit le roi et lui recommanda la pratique des instructions données. Pour mieux se préparer à son prochain départ pour le ciel, il se retira au monastère de Guglieto. Lorsque l’heureux jour arriva, saint Guillaume se fit transporter à l’église, et là, couché sur la terre nue, il exhorta ses religieux à la persévérance et rendit paisiblement son âme à Dieu. Son corps fut inhumé dans l’église où il exhala son dernier soupir. Depuis ce temps, cette église a changé son nom de St-Sauveur, pour celui de St-Guillaume.




Sous-pages (1) : Archives de la semaine