Aujourd'hui‎ > ‎

Evangile et Saint du jour






vendredi 15 décembre


Livre d'Isaïe 48,17-19. 

Ainsi parle le Seigneur, ton rédempteur, Saint d’Israël : Je suis le Seigneur ton Dieu, je te donne un enseignement utile, je te guide sur le chemin où tu marches. 

Si seulement tu avais prêté attention à mes commandements, ta paix serait comme un fleuve, ta justice, comme les flots de la mer. 

Ta postérité serait comme le sable, comme les grains de sable, ta descendance ; son nom ne serait ni retranché ni effacé devant moi. 


Psaume 1,1-2.3.4.6. 

Heureux est l'homme 

qui n'entre pas au conseil des méchants, 

qui ne suit pas le chemin des pécheurs, 

ne siège pas avec ceux qui ricanent, 

mais se plaît dans la loi du Seigneur 

et murmure sa loi jour et nuit ! 


Il est comme un arbre 

planté près d'un ruisseau, 

qui donne du fruit en son temps, 

et jamais son feuillage ne meurt ; 

tout ce qu'il entreprend réussira.

Tel n'est pas le sort des méchants. 


Mais ils sont comme la paille 

balayée par le vent : 

Le Seigneur connaît le chemin des justes, 

mais le chemin des méchants se perdra. 




Évangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu 11,16-19. 

En ce temps-là, Jésus déclarait aux foules : 

« À qui vais-je comparer cette génération ? Elle ressemble à des gamins assis sur les places, qui en interpellent d’autres en disant : 

“Nous vous avons joué de la flûte, et vous n’avez pas dansé. Nous avons chanté des lamentations, et vous ne vous êtes pas frappé la poitrine.” 

Jean Baptiste est venu, en effet ; il ne mange pas, il ne boit pas, et l’on dit : “C’est un possédé !” 

Le Fils de l’homme est venu ; il mange et il boit, et l’on dit : “Voilà un glouton et un ivrogne, un ami des publicains et des pécheurs.” Mais la sagesse de Dieu a été reconnue juste à travers ce qu’elle fait. » 



Commentaire du jour 

Saint Clément d'Alexandrie (150-v. 215), théologien 

Protreptique, ch. 1 (trad. SC 2bis, p. 63 rev.)

Jean Baptiste nous invite au salut


      N'est-il pas étrange, mes amis, que Dieu nous exhorte toujours à la vertu, et que nous, nous nous dérobions devant ce secours, que nous remettions le salut ? Est-ce que Jean aussi ne nous invite pas au salut, n'est-il pas tout entier une voix qui exhorte ? Demandons-lui donc : « Qui es-tu parmi les hommes, et d'où viens-tu ? » Il ne dira pas qu'il est Élie et il niera être le Christ, mais il confessera qu'il est une voix criant dans le désert (Jn 1,20s). Qui donc est Jean ? Pour prendre une image, qu'on me permette de dire : une voix du Verbe, de la Parole de Dieu, qui nous exhorte en criant dans le désert... : « Aplanissez les chemins du Seigneur » (Mc 1,3). Jean est un précurseur et sa voix est le précurseur de la Parole de Dieu, voix qui encourage et prédispose au salut, voix qui nous exhorte à chercher l'héritage du ciel. 


      Grâce à cette voix « la femme stérile et solitaire ne sera plus sans enfants » (Is 54,1). Cette grossesse, la voix d'un ange me l'a annoncée ; cette voix aussi était un précurseur du Seigneur, qui apportait la bonne nouvelle à la femme qui n'avait pas enfantée (Lc 1,19), ainsi que Jean à la solitude du désert. C'est donc par cette voix du Verbe que la femme stérile enfante dans la joie et que le désert porte des fruits. Ces deux voix, précurseurs du Seigneur, celle de l'ange et celle de Jean, me communiquent le salut caché en elles, en sorte qu'après la manifestation de ce Verbe, nous cueillions le fruit de la fécondité, la vie éternelle.




Le Saint du jour:


Sainte Ninon


(IVème siècle)

Jeune femme, elle avait été emmenée captive dans la capitale de la Géorgie vers 337, et comme on ne savait d’où elle venait, on la surnomma ’Christiana’ du nom de sa religion, ce qui devint par abréviation Nina ou Ninon. Ayant appris qu’elle avait guéri un enfant, la reine Nana se fit porter chez elle pour être soigner d’un mal étrange. Y recouvrant la santé, elle voulut couvrir de cadeaux sa bienfaitrice mais celle-ci refusa. La reine insistant, elle déclara que le seul cadeau qu’elle accepterait serait la conversion de ses souverains. La reine puis le roi se convertir et demandèrent à l’empereur Constantin de leur envoyer des missionnaires. Ninon est ainsi à la base du Christianisme en Géorgie.



Sous-pages (1) : Archives de la semaine